Une nature à préserver

Le site est protégé mais cela n’a pas suffi à stopper la dégradation des sols. En effet, les foules de visiteurs piétinant le site en permanence ont détruit la végétation telle qu’elle était. 

Alignements de Kermario, moutons chargés de l'entretien de la lande

Alignements de Kermario, moutons chargés de l'entretien de la lande

© Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux

 

Carnac, victime de son succès…

Revenons 20 ans en arrière. Les sols sont ravinés, quadrillés par des chemins de plus en plus nets et creusés, les fleurs ne poussent plus, la végétation est quasi morte. Le sol est à nu dans les secteurs les plus fréquentés.

Alors, une batterie de mesures a été mise en place comme l’installation de ces grillages entourant le site et des troupeaux de moutons appartenant à l’espèce « landes de Bretagne » parcourent le site ! Et oui, quoi de plus naturel pour entretenir la végétation que la tonte régulière par ces mammifères herbivores !

Enfin, des portillons permettent de répartir les flux de visiteurs à partir de points de départs distincts.

Aujourd’hui, la végétation a repris ses droits. Le sol, généreux en matières premières, s’est de nouveau recouvert de plantes typiques des paysages bretons. Et c’est une belle lande fleurie qui s’offre à nous selon les saisons. Quelle victoire !

Les essences les plus caractéristiques de cette lande sont l’ajonc, la bruyère, la callune, le genêt et la molinie. D’autres plus discrètes sont tout de même à noter comme le plantain corne-de-cerf, la centaurée noire, la fougère aigle… des noms très imagés qui nous donnent des clefs pour les retrouver dans la nature !

Certains croient à un décor de carte postale, créé de toute pièce … c’est tellement beau ! Il n’en est rien ! Ce paysage de lande est bien naturel et probablement proche du paysage préhistorique. Ce sont au contraire les forêts de pins qui sont, elles, issues de plantations récentes...

Savez-vous que c’est l’étude des pollens fossilisés dans les couches sédimentaires qui nous le révèle. C’est ce que l’on appelle la palynologie : il s’agit de restituer les paysages et mieux comprendre les évolutions des couverts végétaux à travers le temps…

  

Alignements de Kermario, un Tarier pâtre sur un menhir

Alignements de Kermario, un Tarier pâtre sur un menhir

© Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux

 

Attention : fragile !

Un autre élément de ce paysage est primordial. Vous devinez ?  Les sols ! Ils sont essentiels. Ils servent d’ancrage aux mégalithes. Autrement dit, sans eux les menhirs ne tiendraient pas debout. 

Mais ça ne s’arrête pas là ! Ces sols sont aussi anciens que le reste du site et ils cachent des couches archéologiques qui pourront un jour être étudiées par les archéologues pour percer le mystère qui entoure ce site ! 

 

Bouton mystère Carnac

MenuFermer le menu